Archives de Tag: oisiveté

Louons l’oisiveté, pas notre force de travail !

Solitude(s) logoLe site Solitude(s), dont le bon goût, l’intelligence de la ligne éditoriale et la qualité des publications ne sont plus à démontrer, a derechef posté un article lumineux sur le travail. J’en suis l’auteur. Y est réclamée la valorisation de l’oisiveté afin de critiquer le travail comme valeur. Toi aussi, promeus une oisiveté décomplexée : exige la retraite à 18 ans !

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Analyses

Éloge de l’oisiveté, par Bertrand Russell (4/4)

Bertrand Russell

Bertrand Russell

Le blog parachrématistique s’enorgueillit de publier cette pièce majeure de la critique du travail, dans une traduction inédite (améliorant -autant que faire se peut- celle de Michel Parmentier aux éditions Allia, la plus récente à ma connaissance). L’essai de Russell, rédigé en 1932, présente l’intérêt d’aborder la question du travail sous une multitude d’angles (moral, politique, économique, historique, etc.) pour dénoncer la valorisation quasi-religieuse dont il fait l’objet. Tout autant ironique et provocateur que généreux et humaniste, le texte frappe par son style argumentatif concis et limpide. Sa pertinence et sa brièveté font de l’Éloge de l’oisiveté un incontournable de la bibliothèque du lecteur oisif. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Analyses

Éloge de l’oisiveté, par Bertrand Russell (3/4)

Bertrand Russell, en 1936

Bertrand Russell, en 1936

Le blog parachrématistique s’enorgueillit de publier cette pièce majeure de la critique du travail, dans une traduction inédite (améliorant -autant que faire se peut- celle de Michel Parmentier aux éditions Allia, la plus récente à ma connaissance). L’essai de Russell, rédigé en 1932, présente l’intérêt d’aborder la question du travail sous une multitude d’angles (moral, politique, économique, historique, etc.) pour dénoncer la valorisation quasi-religieuse dont il fait l’objet. Tout autant ironique et provocateur que généreux et humaniste, le texte frappe par son style argumentatif concis et limpide. Sa pertinence et sa brièveté font de l’Éloge de l’oisiveté un incontournable de la bibliothèque du lecteur oisif. Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Analyses

Éloge de l’oisiveté, par Bertrand Russell (2/4)

Bertrand Russell. Peinture à l'huile de Roger Fry, 1923

Bertrand Russell. Peinture à l’huile de Roger Fry, 1923

Le blog parachrématistique s’enorgueillit de publier cette pièce majeure de la critique du travail, dans une traduction inédite (améliorant -autant que faire se peut- celle de Michel Parmentier aux éditions Allia, la plus récente à ma connaissance). L’essai de Russell, rédigé en 1932, présente l’intérêt d’aborder la question du travail sous une multitude d’angles (moral, politique, économique, historique, etc.) pour dénoncer la valorisation quasi-religieuse dont il fait l’objet. Tout autant ironique et provocateur que généreux et humaniste, le texte frappe par son style argumentatif concis et limpide. Sa pertinence et sa brièveté font de l’Éloge de l’oisiveté un incontournable de la bibliothèque du lecteur oisif. Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Analyses

Éloge de l’oisiveté, par Bertrand Russell (1/4)

Bertrand Russell, en 1916

Bertrand Russell, en 1916

Le blog parachrématistique s’enorgueillit de publier cette pièce majeure de la critique du travail, dans une traduction inédite (améliorant -autant que faire se peut- celle de Michel Parmentier aux éditions Allia, la plus récente à ma connaissance). L’essai de Russell, rédigé en 1932, présente l’intérêt d’aborder la question du travail sous une multitude d’angles (moral, politique, économique, historique, etc.) pour dénoncer la valorisation quasi-religieuse dont il fait l’objet. Tout autant ironique et provocateur que généreux et humaniste, le texte frappe par son style argumentatif concis et limpide. Sa pertinence et sa brièveté font de l’Éloge de l’oisiveté un incontournable de la bibliothèque du lecteur oisif. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Analyses